Logo

À quoi vont ressembler les nouvelles plages de Juan et de la Garoupe?

L'application du décret plage se poursuit. Après la phase s'intéressant aux plages dites artificielles, c'est au tour des espaces dits naturels de se mettre en phase avec la loi. À Antibes, la Garoupe, la pinède et le secteur Baudoin sont concernés. L'attribution des lots aura lieu en avril 2022. De grands travaux d'aménagement des espaces publics mais aussi des locaux appartenant à la municipalité vont prendre place conjointement jusqu'en 2025.

Margot Dasque Publié le 27/10/2021 à 12:09, mis à jour le 27/10/2021 à 13:56 La Garoupe telle qu'on la connaît va changer: il n'y aura plus qu'une seule concession de plage. Photo P. L.

Boussole. Dans cette histoire, personne n'a le luxe de perdre le nord. Application du décret plage oblige, c'est donc au tour des plages dites "naturelles" de subir une transformation radicale. Tout comme pour leurs voisines "artificielles" il y a trois ans, le même credo s'applique: tout doit disparaître.

En clair: les restaurants les pieds dans l'eau et les kiosques tels que vous les connaissez à Antibes sur le secteur Baudoin, de la pinède et de la Garoupe vont être démolis. Ni plus, ni moins. Agitation dans le panorama. Les trente et un lots concernés ne seront plus aussi nombreux une fois le texte de loi appliqué. Il y aura au total vingt lots pris en compte dans le projet d'aménagement. Mais attention: seules six plages privées en font partie. Les quatorze autres cellules? Il s'agit ici d'une particularité sur laquelle le maire Jean Leonetti construit son projet.

Pour comprendre la stratégie, il faut garder en tête que deux entités se partagent le sable. Selon le décret plage, les surfaces "naturelles" sont soumises au régime 80-20.

En clair: 80% d'espaces naturels pour 20% d'exploitation pour le domaine public maritime.

Sauf qu'ici, il y a cohabitation. Le domaine public communal - sur lequel la municipalité a de facto la main - touche celui de l'État. Et là, pas de pourcentage spécifique à tenir puisque ces m2 ne sont pas soumis à ces obligations. On peut prendre pour exemple la plage en régie Richelieu de Juan-les-Pins: ses vestiaires et son accueil s'étalent sur un sol 100% municipal.

Vous suivez l'idée? À partir de ce principe, le premier magistrat veut utiliser ces espaces communaux bâtis pour poursuivre l'activité. Et ainsi permettre à des commerçants de proposer leurs services sans empiéter sur le terrain de l'État, ni piétiner la loi.

Ce sont donc deux procédures distinctes qui, simultanément, prennent place pour ce vaste dossier, énorme chantier. Une refonte totale du paysage qui s'accompagne d'un travail architectural des promenades et espaces publics.

Donc oui, la Ville va clairement au-delà de l'application stricto sensu du texte. Et en profite pour redonner un coup de jeune à des secteurs qui n'ont pas bougé depuis des décennies...

Une carte postale en construction qui n'est pas sans attiser les convoitises. Les candidats ont jusqu'au 20 décembre pour faire parvenir leurs offres à qui de droit. En avril, les attributions auront lieu.

"Les occupants auront deux ou trois saisons d'exploitation avant que les travaux débutent", affirme le premier magistrat qui annonce un premier coup de pioche en septembre 2023 du côté de Baudoin et de la Garoupe. Suivra ensuite la Pinède en 2024 pour terminer fin 2025. Le cap est fixé.

Le karting ne sera plus...

Une institution qui n'a plus fait vrombir son moteur. Fermé en 2019, à la suite d'intempéries, l'incontournable karting de la Promenade du Soleil ne fera pas son retour gagnant.

Tout comme les trampolines voisins. Et pour cause: de chaque côté de La Baigneuse d'Alphonse Grebel s'étendent des surfaces appartenant à la commune. Quatre lots de 430m2 sous les pieds des badauds (dont 129m2 sur sable) qui sont ainsi soumis à une AOT (Autorisation d'occupation temporaire).

Du côté de Baudoin Est, vers Maréchal-Juin, ce sont deux lots de 300m2 et un lot de 210m2 en jeu.

Concernant les plages concédées par l'État: deux se trouvent entre la Pinède et le Garden Beach, une juste à côté du Café de la plage, une non loin du karting. Parmi ces surfaces: trois bénéficient d'un ponton de 150m2.

La grande plage concédée - et la seule de la Garoupe - s'étale sur 620m2 et possède deux pontons.

Où seront les plages publiques?

Certaines habitudes vont radicalement changer. Et il y a fort à parier que la Garoupe sera davantage prise d'assaut une fois les travaux terminés.

Avec une seule plage privée et quelques surfaces commerciales exploitables sous la descente actuelle, le joyau du Cap d'Antibes gagne en place publique. Avec notamment un bel espace juste à côté du départ du sentier du Tire-Poil, il va sans dire que les serviettes vont s'étaler de plus belle.

Un succès on ne peut plus prévisible qui s'accompagne d'un réaménagement des abords du chemin éponyme avec une requalification du stationnement.

En ce qui concerne les deux zones de Baudoin, une plage concédée occupe respectivement chaque secteur: il y aura donc le choix pour faire ses pâtés de sable. Du côté de la Pinède, la négociation n'était pas envisageable pour l'État: il fallait que le public puisse prendre place face à cet espace mythique.

Ce qui implique donc la disparition de Richelieu. Le principe de plage en régie n'est pas pour autant abandonné: il devrait même être proposé dans une version étendue du côté ouest du Juan-les-Pins.

Offre numérique

...

commentaires

Le direct 10:28 Un piéton dans un état grave après avoir été heurté par une voiture ce vendredi matin à Biot

Ouvrir la page originale sur le site