Logo Actu

La radio numérique terrestre, un progrès pour l'auditeur

Ce 12 octobre, les grandes stations nationales passent au numérique avec le système DAB+. Une meilleure qualité sonore… à condition d'être équipé. AdobeStock

Le 12 octobre 2021 marquera l'histoire de la radio : 25 grandes stations nationales vont passer au numérique sur les ondes. Média centenaire, apprécié par plus de 40 millions d'auditeurs quotidiens (source Médiamétrie), la radio se convertit enfin à grande échelle, à l'instar de la télévision au mitan des années 2000. Une étape cruciale pour cette mutation technologique. Ce déploiement vers le numérique, inauguré en 2014, aura pris son temps. Initialement fixé à la fin 2020 puis au 15 juillet 2021, celui-ci a été reporté au 12 octobre du fait de la crise sanitaire.

Une qualité bien meilleure qu'avec la FM

On peut déjà consommer de la radio au format numérique sur un ordinateur, un smartphone ou une enceinte connectée, mais il faut disposer d'un accès Internet. Avec la radio numérique terrestre, aussi appelée DAB+ (Digital Audio Broadcasting), la réception est totalement gratuite, comme pour la bande FM. La transmission du signal par voie hertzienne s'effectue alors sous forme numérique et non pas analogique, apportant de nombreux avantages. « La qualité sonore, équivalente à un CD, est bien meilleure que celle de la FM ou même d'Internet, où les flux audios proposés par certains agrégateurs de contenus sont bridés pour éviter les coupures de connexion », assure Jean-Éric Valli, président des Indés Radios, un collectif qui fédère 130 radios indépendantes.

Internet plus rapide, plus sûr et facile

Le hors-série de 60 Millions de consommateurs (août-septembre 2021) vous offre les clés pour le meilleur du Net. Choisir les bons services et un matériel performant, bien gérer votre argent, faire vos démarches administratives et vos courses en ligne en toute sécurité… Une véritable boîte à outils pour tirer parti du meilleur sans sous-estimer le pire.

La réception nettement plus stable fait disparaître les interférences, grésillements ou bruits de fond. Lors de déplacements, il est inutile de changer de fréquence pour continuer à écouter la radio de son choix quand on change de zone géographique. La recherche des stations s'effectue par leur nom et par ordre alphabétique. Du texte et des images peuvent s'afficher sur l'écran (titre de l'émission, nom de l'animateur, pochette d'album, carte météo…). Autre atout de la norme DAB+ : elle permet d'enrichir l'offre de programmes, alors que la bande FM est saturée, car elle donne la possibilité de diffuser 13 radios sur une même fréquence.

Son déploiement avance… avec lenteur

« Un cinquième des 356 radios autorisées à émettre en DAB+ sont nées grâce à cette technologie et n'existent pas sur la bande FM », se réjouit Hervé Godechot, conseiller au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Pourtant, en dépit des multiples avantages de la radio numérique terrestre, son déploiement s'est, jusqu'à présent, apparenté à une course de lenteur. Lancée en juin 2014, dix ans après la promulgation de la loi encadrant son développement, elle couvre aujourd'hui essentiellement de grandes agglomérations (Lille, Lyon, Marseille, Nice, Paris, Toulouse…), soit à peine plus de 30 % de la population. Nos voisins européens, comme l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas ou le Danemark, bénéficient déjà d'une couverture pratiquement complète. À LIRE AUSSI >>> Fibre optique : les 8 questions que vous vous posez

Les radios indépendantes et associatives ont essuyé les plâtres

Les principaux groupes de radios privées (Europe 1, NextradioTV [RMC…], NRJ, RTL) ont longtemps boudé cette technologie par peur de ne pas pouvoir rentabiliser rapidement les investissements nécessaires. « Ils ont boycotté le DAB+ et nous ont fait perdre des années décisives », s'agace Jean-Éric Valli. Ils ont laissé les radios indépendantes (Latina, Oüi FM, Sud Radio, Radio FG…) et associatives (Euradio, Radio Campus, RCF…), ainsi que quelques stations publiques (France Bleu, RFI…) essuyer les plâtres.

« Les grands éditeurs n'avaient pas mesuré l'importance de cette innovation technologique », admet Hervé Godechot. Mais ils ont enfin décidé de se lancer… Leurs stations font partie des 25 retenues par le CSA pour émettre en DAB+ au niveau national. Celles-ci commencent le 12 octobre sur l'axe Paris-Lyon-Marseille puis étendront progressivement leur diffusion au reste du pays.

Twitter/@DABplusFR

Pendant ce temps, les déploiements locaux et régionaux vont passer à la vitesse supérieure. Après Avignon, Dijon et Toulon cet été, ce sera au tour d'Annecy, Annemasse, Chambéry, Grenoble et Saint-Étienne au cours de l'automne. Puis suivront une vingtaine de villes l'an prochain, dont Bayonne, La Rochelle, Montpellier, Nîmes, Orléans et Tours. Plus de 50 % de la population devrait être couverte fin 2022.

Bande FM et DAB+ vont cohabiter

Contrairement à la télévision numérique terrestre, qui s'est substituée à la télévision analogique, la généralisation du DAB+ ne se fera pas au détriment de la bande FM. « Les deux technologies vont cohabiter », souligne Hervé Godechot. Pour profiter de la radio numérique terrestre, il faut bien entendu un récepteur DAB+. Tous les postes mis sur le marché depuis décembre 2020 doivent être compatibles avec cette norme. De même que les autoradios équipant les véhicules neufs vendus depuis cette date. Il existe une large gamme de postes dans le commerce ainsi que des adaptateurs pour autoradios. À LIRE AUSSI >>> Votre connexion Internet fonctionne mal ? 5 étapes à suivre Ils permettent tous de capter la FM. Certains disposent aussi d'une liaison Bluetooth pour diffuser les sons issus d'un smartphone. Les modèles les plus évolués possèdent une liaison wifi, afin de recevoir en plus des stations via Internet, et un écran tactile en couleur. Le DAB+ est prêt à séduire les auditeurs.

Avez-vous accès à la radio numérique terrestre ?

Pour savoir si l'endroit où vous résidez reçoit la radio en DAB+, vous pouvez consulter le service en ligne mis en place par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Cliquez sur la carte interactive ou entrez le nom de votre département pour voir les communes couvertes ou celles qui le seront prochainement. Le cas échéant, la liste des radios disponibles s'affiche, avec un descriptif pour chacune d'elles.

Ouvrir la page originale sur le site