Logo Article réservé aux abonnés Actu

Produits en bois : gare à la flambée des prix

Ruptures de stock, allongement des délais de livraison, hausses tarifaires… Les tensions sur le marché du bois commencent à toucher les consommateurs. iStock/nattrass

Confinement, télétravail… Les Français ont redécouvert leur intérieur avec l'envie de le réaménager, d'y faire des travaux, voire de construire un nouveau chez-soi. Cet engouement est une bonne nouvelle pour le bâtiment, les artisans et les enseignes de l'aménagement et de l'ameublement. Mais il se heurte à la flambée des cours de nombreuses matières premières, dont les filières ont été déstabilisées par la crise du covid depuis le printemps 2020. Le bois est particulièrement touché.

Le bois européen, très convoité par les États-Unis et la Chine

Utilisé à la fois pour la construction (charpente, parquets, menuiseries), l'aménagement (meubles, cuisines) et l'énergie (chauffage), ce matériau est très convoité, notamment par les États-Unis et la Chine. Pour les fournisseurs américains, fortement sollicités depuis le plan de relance dans leur pays, la filière européenne se révèle une solution pour échapper à la surtaxe imposée par l'ancien président Donald Trump sur le bois canadien. Quant à la Chine, elle importe massivement des grumes européennes, et notamment françaises, depuis que la Russie a décidé d'arrêter de lui fournir certaines essences. À LIRE AUSSI >>> Plantations d'automne : privilégiez le local !

Des scieries privées de chênes et de résineux

« Depuis six mois, 35 à 100 % des volumes de chênes de la forêt privée partent à l'export, principalement en Chine, s'alarment la Fédération nationale du bois et les partenaires sociaux du secteur dans une déclaration commune du 10 juin dernier. 90 % des scieries de chênes n'ont plus assez de bois pour assurer leurs besoins de l'année. Ce phénomène s'étend également aux volumes de résineux avec des acheteurs étrangers qui perturbent les achats. » La filière bois a d'ailleurs lancé une pétition à l'échelle européenne pour alerter les décideurs.

150 % d'augmentation sur certains produits en bois

Conséquence : en France, les chantiers de construction et de rénovation prennent du retard. L'Union des métiers du bois évoque « des augmentations de 30 à 150 % [du prix] des produits depuis le début de l'année » et des « délais d'approvisionnement qui s'allongent en moyenne de 4 à 8 semaines ». La hausse de la facture pour les clients semble inéluctable. Sur le site du Moniteur des artisans, la Capeb, le syndicat de l'artisanat du bâtiment, incitait déjà en mars dernier les professionnels à réduire la durée de validité de leur devis aux particuliers de trois à un mois, et à ajouter une clause permettant de répercuter la hausse des prix. À LIRE AUSSI >>> Travaux : 3 questions sur les retards et les hausses de prix

Tensions sur les planches d'agglo

Les magasins de bricolage et d'ameublement sont aussi confrontés, pour certains, à des ruptures de stock et à un allongement des délais de livraison. « La tension est significative sur les produits à base de panneaux de particules [NDLR : bois aggloméré] », explique Jean-Charles Vogley, secrétaire général de la Confédération nationale de l'équipement du foyer (Cnef), qui réunit plus de 70 enseignes du secteur. Les meubles en bois massif seraient en revanche moins touchés, car moins recherchés, selon M. Vogley. À LIRE AUSSI >>> Acheter un canapé, quelle galère !

Les vendeurs d'ameublement et de bricolage temporisent

Conforama indique, pour l'heure, n'être pas du tout impacté par des problèmes d'approvisionnement en panneaux de particules. « Cependant, nos fournisseurs commencent à faire état de possibles tensions dans quelques semaines », confie Pierre Deyries, son directeur de la communication. Chez Brico Dépôt, on estime avoir pour le moment pallié les ruptures de stock : « Nous avions énormément anticipé [la saison actuelle], ce qui nous a permis ces derniers mois d'améliorer nos taux de disponibilité par rapport à l'an dernier. Pour les mois à venir, nous continuons d'être attentifs à l'environnement global. »

Délais rallongés pour les meubles en provenance d'Asie

La Cnef note en parallèle un allongement des délais sur les meubles type sièges, fauteuils ou canapés en provenance d'Asie, « en raison cette fois des problèmes de flux de transport maritime ». Des difficultés confirmées par Ikea : « La poursuite de la pandémie a engendré une volatilité continue dans le secteur du transport maritime, avec des perturbations, des congestions portuaires et une demande historiquement élevée, ce qui a créé un déséquilibre sur le marché total du fret maritime, entraînant des contraintes dans notre offre. » À LIRE AUSSI >>> Et si le rideau purificateur d'air d'Ikea polluait ?

Impact limité sur les prix en magasin… jusqu'à quand ?

Pour couronner le tout, le prix des mousses de garniture (canapés, literie) et celui des emballages (carton et plastique) sont également en forte hausse. Jusqu'à présent, les distributeurs ont globalement réussi à limiter l'impact sur le prix auprès des clients. Mais cela pourrait changer : « Si la situation perdure, les enseignes n'auront pas d'autres choix que de répercuter la hausse des matières premières sur le prix final », alerte la Cnef.

Pénurie sur le marché des puces électroniques

Vous voulez acheter une voiture neuve, une console de jeux ou une carte graphique pour ordinateur ? Soyez patient ! Le délai pour les obtenir risque d'être long… Les fabricants font face à une pénurie de puces électroniques depuis plusieurs mois. Plusieurs constructeurs ont annoncé récemment des arrêts ponctuels de certaines de leurs usines en France en raison du manque de semi-conducteurs. Selon plusieurs experts cités par le média en ligne ZDNet, le problème ne devrait se résorber que courant 2022.

Ouvrir la page originale sur le site