Logo Alimentation

La région Centre-Val de Loire veut généraliser la réservation dans les cantines des lycées à la rentrée 2022

Publié le 21/10/2021 à 15h19

François Bonneau en visite à la cantine du lycée Duhamel. Des systèmes de réservation dans 100% des cantines des lycées de la région en septembre 2022 : François Bonneau en a fait l'annonce jeudi 21 octobre à Pithiviers.

La président PS de la région Centre-Val de Loire, François Bonneau, était en visite à Pithiviers, ce jeudi 21 octobre, au lycée Duhamel-du-Monceau.

L'établissement accueille, toute cette semaine, le festival AlimenTerre. Huit autres établissements participent à cette opération dans la région. À la clé, un ensemble d'initiatives autour des problématiques liées à l'alimentation : des ateliers, des projections, des rencontres avec des producteurs locaux...

François Bonneau n'était pas venu seulement pour tester la cantine, et manger un sauté de dinde sauce forestière, mais avec une annonce en guise de dessert. Face aux éco-délégués du lycée, il a dévoilé le projet de la région : passer à 100% le nombre de lycées du Centre-Val de Loire ayant un système de réservation pour la cantine. Aujourd'hui, un quart fonctionne avec un tel principe.

En visite au @DuhamelLycee à #Pithiviers, le président de région @RCValdeLoire, @fbonneau, annonce que la Région souhaite passer en sept 2022 à 100 % des lycées avec un système de réservation des repas à la cantine (25% le font aujourd'hui), pour réduire le gaspillage. @larep_fr pic.twitter.com/kf920PMuhR

— Dimitri Crozet (@Dimitri_Crozet) October 21, 2021

Comment le lycée Duhamel-du-Monceau de Pithiviers se met-il au vert ?

Réduire le gaspillage

"L'idée, c'est que s'il y a 700 jeunes qui ont dit 'je vais manger à la cantine tel jour', on fasse 700 repas ce jour-là", résume l'élu. L'objectif est avant tout de limiter le gaspillage de denrées alimentaires. Mais il s'agit aussi de pouvoir faire appel à des producteurs locaux dans des conditions économiquement satisfaisantes.

"Il faut absolument qu'on aille vers le 100% local à chaque fois que le produit existe. Aujourd'hui, si vous économisez ce qui part à la poubelle, vous pouvez augmenter ce que vous payez au producteur".

Au lycée Marguerite-Audoux de Gien, ce cuisinier mise sur le bio pour la santé et le bien-être des élèves

"Si des lycées veulent aller un cran plus loin, en faisant par exemple une distinction entre grosses et petites rations, pour affiner encore, ce sera possible", s'avance le président.

Besoin d'ambassadeurs

Pour l'heure, le but sera donc de mettre en place ces systèmes de réservation sur l'ensemble des lycées de la région. Le souhait des élus est de le faire avec l'appui des élèves : "On a besoin d'ambassadeurs, de relais, le but n'est pas d'imposer ça de manière autoritaire, ça ne marcherait pas", a souligné François Bonneau.

Le lycée Duhamel, par la voix de son proviseur Cyrille Roger comme de ses éco-délégués, s'est dit "volontaire".

Dimitri Crozet

Ouvrir la page originale sur le site