Tom Enders quitte Airbus avec un parachute doré de 36,8 millions d'euros

La rémunération du dirigeant allemand a été validée par le conseil d'administration du groupe en février.

Je m'abonne 3 mois pour 1€ | Sans engagement

Par L'Obs avec AFP

Publié le 02 avril 2019 à 08h53 Mis à jour le 02 avril 2019 à 11h11 Temps de lecture 1 min Tom Enders, le 20 mars à Colomiers, près de Toulouse, pour la première livraison de l'Airbus A380. (PASCAL PAVANI/AFP)

En voilà un joli matelas ! Tom Enders, le patron allemand de l'avionneur Airbus, va quitter son poste le 10 avril prochain avec un « parachute doré » de 36,8 millions d'euros, selon les calculs de Proxinvest dévoilés ce mardi par « le Monde ».

Pour parvenir à cette somme, la première agence française d'analyse de gouvernance s'est penchée sur le document qui détaille les décisions en matière de rémunération validées par le conseil d'administration d'Airbus, qui s'est réuni en février.

LIRE AUSSI > Airbus met un point final à son géant des airs l'A380, faute de commandes

D'après Proxinvest, les plans d'attribution d'actions, dont le paiement sera échelonné entre 2019 et 2022, devraient rapporter à Tom Enders la somme de 7,3 millions d'euros. Le patron d'Airbus, qui siège aux comités exécutifs du groupe depuis 2000, touchera également 3,2 millions d'euros au titre de sa clause de non-concurrence. Mais il percevra surtout une retraite chapeau qui a été provisionnée fin 2018 dans les comptes d'Airbus à hauteur de 26,3 millions d'euros.

Profitez de l'offre 1€ pour 3 mois avec Google En choisissant ce parcours d'abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt d'un cookie d'analyse par Google.

Détail d'importance : l'entreprise Airbus est soumise au droit néerlandais. Le golden parachute de Tom Enders ne sera donc pas soumis au vote des actionnaires lors de l'assemblée générale du 10 avril. Et si le groupe fait partie du CAC 40, il est pour cette raison dispensé de respecter le « Code de gouvernement d'entreprise des sociétés cotées » établi par l'Association française des entreprises privées (Afep) et le Medef.

Ouvrir la page originale sur le site