Logo Réservé aux abonnés

Au Mexique, ce «Train maya» dont les Mayas ne veulent pas

Par Antonella Francini Publié le 27/10/2021 à 18:44, Mis à jour le 28/10/2021 à 14:03 Des ouvriers construisent un tronçon ferroviaire, à Mazcanu, dans l'État du Yucatán, le 9 décembre 2020. Cuauhtemoc Moreno/(EPA) EFE

ENQUÊTE - Le projet pharaonique du président Lopez Obrador transportera touristes et marchandises à travers le vaste Sud-Est mexicain. Mais en dépit des bénéfices attendus par les entreprises, les conséquences sociales, économiques et environnementales inquiètent les populations locales.

Mérida (Mexique)

Le Figaro

Le projet pharaonique du président Lopez Obrador transportera touristes et marchandises à travers le vaste Sud-Est mexicain. Mais en dépit des bénéfices attendus par les entreprises, les conséquences sociales, économiques et environnementales inquiètent les populations locales.

«Le nom de “Train maya”, c'est une mauvaise plaisanterie. Comme si ça allait suffire pour qu'on en bénéficie», souffle Alberto Velazquez, attablé dans une grande maison coloniale transformée en café dans le centre de Mérida. L'anthropologue à la peau cuivrée a grandi dans la capitale de l'État du Yucatán, dans le sud-est du Mexique. Surnommée «la ville blanche», Mérida était autrefois réservée aux descendants d'Espagnols, les Mayas étant cantonnés aux villages alentour. La famille d'Alberto Velazquez est originaire de Ticul, à 85 kilomètres de là.

Avec une association de défense des droits de l'homme, Indignacion, il s'oppose au «Train maya», le grand projet de développement touristique et industriel

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

La liberté n'a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

J'EN PROFITE

Déjà abonné ? Connectez-vous

Ouvrir la page originale sur le site