Logo Réservé aux abonnés

Nucléaire iranien: surplace en attendant la reprise des pourparlers à Vienne

Par Georges Malbrunot Publié le 25/10/2021 à 19:14, Mis à jour le 25/10/2021 à 19:14 Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Grossi, à Washington le 18 octobre. POOL/REUTERS

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Grossi, s'inquiète de ne pas avoir encore rencontré de hauts dirigeants iraniens, comme prévu dans un accord conclu le 12 septembre.

Le chef de l'organisme de surveillance nucléaire de l'ONU, Rafael Grossi, s'inquiète de ne pas avoir encore rencontré de hauts dirigeants iraniens, comme prévu dans un accord conclu le 12 septembre avec Téhéran.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avait alors négocié avec l'Iran un nouveau compromis sur la surveillance de son programme nucléaire, réveillant l'espoir d'une reprise imminente des pourparlers de Vienne pour sauver l'accord sur le nucléaire conclu en 2015, mais suspendus depuis l'élection en juin d'un nouveau président iranien.

Caméras de surveillance sabotées

«Nous étions convenus que je devais retourner (à Téhéran) pour des échanges politiques parce que mes discussions avaient été purement techniques» jusque-là, a récemment rappelé Rafael Grossi, depuis Washington. Cette rencontre, de «haut niveau», «ne s'est pas encore matérialisée. J'espère que ce sera fait bientôt.» Il a précisé ne pas savoir quels hauts responsables iraniens il rencontrerait. «C'est à eux de décider.» «Ce pourrait être

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 43% à découvrir.

La liberté n'a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

J'EN PROFITE

Déjà abonné ? Connectez-vous

Ouvrir la page originale sur le site