Logo

Agen. Bascule impérative avant Carcassonne

Abonnés Rugby à XIII - Amateurs, Agen, Lot-et-Garonne Publié le 26/10/2021 à 05:11

l'essentiel La victoire contre Aurillac a fait un bien fou au moral et a été bien fêtée. Mais les Agenais doivent vite basculer sur le déplacement à Carcassonne. Sous peine de grosse désillusion.

Le duo Mirande – Ortiz reste aux manettes

Hier, les Agenais ont retrouvé le chemin de l'entraînement, après les deux jours de repos consécutifs à la victoire contre Aurillac. Une victoire qui a ressoudé le SUA avec son public. Et qui visiblement a bien été fêtée.

Si cette jeune équipe a fait le plus dur en parvenant enfin à gagner, elle aurait tort de céder à la fanfaronnade. D'une, au niveau du contenu et de la maîtrise notamment, le chemin est encore long. Le SUA pointe toujours à la dernière place et doit rattraper au plus vite ses trois revers à domicile de début de saison. Mais visiblement, tout le monde n'était pas encore dans cet esprit-là hier.

Si bien que lors de l'entraînement collectif, Sylvain Mirande a dû interrompre la séance pour une grosse mise au point. "Ce serait inconcevable de ne pas confirmer ce qu'on a fait contre Aurillac en termes de contenu. Je leur ai montré le score de nos deux derniers déplacements et leur ai dit : "Plus jamais ça !". Les cadres ont été responsabilisés là-dessus car dès que tu en as un qui va s'enflammer (un jeune), il faut vite le rattraper et le remettre dans l'axe."

Ainsi, on a vu Dave Ryan lors de l'entraînement sèchement "engueuler" deux jeunes qui s'étaient arrêtés de jouer après un ballon tombé. "Il faut trouver le bon équilibre entre plaisir d'une victoire et que ce ne soit pas le "Club Med" non plus".

Les joueurs doivent donc vite faire la bascule et retrouver l'esprit commando de vendredi dernier. Car le match à Carcassonne promet un combat tout aussi rude contre une équipe actuellement en difficulté qui jouera très gros devant son public. Et Agen est condamné à gagner pour lancer une dynamique positive et rattraper le temps perdu.

Il avait prévu d'arrêter sa mission d'entraîneur des arrières du SUA vendredi soir. Mais hier, Sylvain Mirande était bien au milieu de ses joueurs à donner des consignes. "J'ai vu de la lumière au stade ce matin, je m'y suis arrêté", sourit-il. Derrière cette plaisanterie, il y a surtout le ressenti des marques de soutien reçues par l'ancien trois-quart centre depuis plusieurs jours.

Depuis deux semaines, Jean-François Fonteneau cherche un remplaçant à Régis Sonnes. Successivement, Christophe Deylaud, Richard Dourthe et Bernard Goutta ont été des pistes très sérieusement étudiées. Mais en fin de semaine, et particulièrement vendredi lors de la mise au vert à Casteljaloux, une autre voie a pris du crédit. Celle menant au maintien du duo Mirande – Ortiz. En interne, les deux hommes arrivés il y a un an dans les valises de Régis Sonnes, font l'unanimité tant dans le staff élargi que chez les joueurs.

Le rôle prépondérant de Mathieu Hervé

Mathieu Hervé, kiné et responsable du médical au Sporting, s'est alors activé. "Il n'est pas connu du grand public, mais il a de l'expérience et de l'influence auprès des joueurs", souligne Mirande. De nombreux cadres lui ont confié qu'ils se verraient bien continuer avec David Ortiz et Sylvain Mirande, que l'arrivée de quelqu'un de l'extérieur n'était peut-être pas la meilleure idée à l'heure actuelle.

Il a exposé la situation aux deux concernés, ainsi qu'au président Fonteneau. Après de longs échanges sur la nouvelle organisation à adopter, et surtout la victoire sur Aurillac le soir même, il a été décidé de garder le tandem à la barre et de prendre davantage de temps pour estimer si un nouveau manager devait être nommé en cours de saison.

"On a renoué le dialogue avec la direction. On échange beaucoup, on avance. Jean-François Fonteneau veut se laisser le temps de la réflexion. Je trouve que c'est bien de ne pas travailler dans l'urgence. On verra comment ça se déroule. Car le seul intérêt, c'est celui du club."

Des ajustements dans le management

Sylvain Mirande ne s'enflamme pas pour autant. "C'est par défaut qu'on est à la tête de l'équipe, on ne va pas se leurrer. Parce qu'il y a eu deux managers de "virés". C'est le contexte qui fait que. Comme quand un jeune joueur joue car il y a des blessés. Mais honnêtement, on le vit très bien, on s'émancipe davantage".

Les deux compères ne manquent d'ailleurs jamais de rappeler leur attachement à Régis Sonnes. "On est dans sa continuité". Mais Mirande et Ortiz ont aussi relevé ce qui ne marchait pas avec l'ancien manager et ont ajusté le tir.

"On est dans un management plus dur et plus rigide, le contexte veut cela. On a aussi pris conscience qu'il fallait tout mâcher à ce groupe jeune, que la responsabilisation et l'autonomie ne marchaient pas… Je pense que c'est ce que les joueurs attendent de nous." Et qu'on se le dise, ils ont bien la mainmise sur le sportif, ne sont pas sous tutelle présidentielle…

Cet article est réservé aux abonnés Abonnez-vous pour en profiter à partir de 1€/mois, sans engagement Je m'abonne pour lire la suite Déjà abonné(e) ? Connectez-vous Cet article est réservé aux abonnés Abonnez-vous avec votre compte Google et profitez de -50% sur votre abonnement 4,95€/mois Les 12 permiers mois au lieu de 9,90€ / mois Déjà abonné(e) ? Connectez-vous P. C. Voir les commentaires L'immobilier à Agen

595 euros

L'agence GUY HOQUET Agen vous propose un appartement en parfait état.Situé [...]

1170000 euros

VENDRE SUR LA COMMUNE D'AGEN (47000) SUBLIME DOMAINE D'ENVIRONS 440 M² HABI[...]

475000 euros

Rare en Centre-ville !Bel immeuble de rapport ainsi qu'une parcelle constr[...]

Toutes les annonces immobilières de Agen Achat de maison Achat d'appartement Location maison Location appartement Envie de donner votre avis ?

Ouvrir la page originale sur le site