Logo

Pamiers. Le SC appaméen dégoûte Céret

Rugby à XV, Pamiers, Ariège Publié le 25/10/2021 à 05:14

Sans se montrer géniaux, les Appaméens ont fait le job à Céret. En revanche, sa série noire continue pour le Céret Sportif tandis que les ondes positives pleuvent sur Pamiers. Hier, sur leur pelouse et malgré une évidente volonté de renverser une situation perdue d'avance, les Cérétans ont rejoint leur vestiaire tête basse. Tout comme face à Castelsarrasin, la fois précédente en Vallespir, les hommes de Konieck et Roigt ont encaissé quatre essais. Et là aussi, une seule réplique a été donnée à l'adversaire, dans les derniers frissons de la partie par le talonneur Girones. Maigre consolation. Une nouvelle fois, Céret a étalé sa bonne volonté et mis le doigt sur ses limites. Patauds dans leurs offensives et coupables de fautes de mains à répétition, les "bleus et blanc" ont donné le bâton pour se faire battre. Le premier essai du demi-d'ouverture visiteur Ducousso, démontrait à lui seul qu'en Fédérale 1 la moindre passivité est à proscrire. Après tout juste six minutes de jeu, Pamiers déjà installé dans le camp local, jouait rapidement une touche, et le régulateur des lignes arrières de filer sous les barres sans aucune opposition après quarante mètres de course. Un petit coup d'entourloupe bien senti, qui présageait d'un débat compliqué. Il l'a été. Le plus souvent refoulés par une solide défense "rose" et trop "gauches" pour mener à bien leurs actions, les Vallespiriens passaient le plus clair de leur temps à chercher la sortie du labyrinthe. Mais tout laisse à penser qu'il manquait un éclairage dans chaque courbe.

Le faux-frère catalan, Nicolas Baquer…

Face à un adversaire un tantinet plus rayonnant, Céret se retrouvait condamné à la marche-arrière. Désigné pour jouer les bulldozers, le solide ailier Gmir envoyait alors balader deux adversaires, et son off-load pour le faux-frère catalan, Nicolas Baquer, trouvait sa juste récompense dans l'en-but. Avec quatorze points de débours, les locaux se devaient de réagir. Dans le sillage de Romain Busquets monstrueux d'énergie, les Catalans jetaient toutes leurs forces dans la bataille… mais aussi un wagon de ballons. Ravis de l'aubaine, les Appaméens en profitaient pour récupérer un énième cuir oublié, et le capitaine Gatti bouclait entre les perches. À la pause, la messe était dite. Le CS avait alors pour mission de rectifier le tir pour éviter le pire, lors des quarante minutes restantes. Sur un plan mathématique, opération réussie (7-5). Comme un symbole, l'essai de Girones poussé aux fesses par son pack faisait écho au quatrième essai visiteur signé Walencik. Mais cette première période parfaitement maîtrisée des Appaméens…

CERET 7 – SC APPAMEEN 26

(M-T : 0-21) ; 500 spectateurs environ ; arbitre de champ : M. Jobert.

Pour Céret : 1 essai de Girones (76) ; 1 transformation de Garcia.

Pour Pamiers : 4 essais de Ducousso (6e), Baquer (35e), Gatti (41e et Walencik (62e) ; 3 transformations de Ducousso (6e, 35e, 41e).

CERET. Eouharne ; Faconnier, Enrique, Desaphy, D. Cristofol ; (o) Hacini, (m) Caufapé ; R. Busquets, Lopez, Flores (cap) ; Gimeno-Alvarez, N.Busquets ; Butler, Girones, Magne. Remplaçants : Hamiche, Melaine, Baquer, Hubert, Garcia, Tondut, Guedeau, Saint-Fort.

SC PAMIERS. Bach ; Gmir, Walencik, Basque, Cancian ; (o) Ducousso, (m) Sentenac ; Gatti (cap.), Chirica, Baquer ; Fuzani, Maurens ; Lalane, Khalkhal, Mignot. Remplaçants : Khanfous, Mirtskhulava, Vergnes, Nakobukobua, Casenave, Boscus, Van der Wersthuizen, Turashvili.

Carton jaune : Nakobukoba (78e).

dans les vestiaires

Florent Roigt (entraîneur des arrières de Céret) : "On essaye de mettre des choses en place, qui ne fonctionnent pas. Et quand une équipe est dans une mauvaise spirale, c'est difficile surtout face à des mecs, dont 23 d'entre eux sont sous contrat. On est mâchés physiquement comme mentalement. Il ne faut pas oublier non plus qu'on vient de terminer un bloc de quatre matchs difficiles".Éric Mercadier (manager de Pamiers) : "On est satisfaits du résultat positif, car l'objectif c'était d'abord de gagner avant de parler du bonus offensif. Par contre, je suis moins content du contenu. Je trouve qu'on a parfois déjoué. Le fait de ne pas avoir eu trop peur, fait que certains ont manqué de concentration. Chacun a joué pour soi, contrairement à ce qu'on est d'habitude capables de faire collectivement".Recueillis par A. B. Alain Bonneriez Voir les commentaires Envie de donner votre avis ?

Ouvrir la page originale sur le site