Logo

Pamiers. Affiches, cendriers, répression : bientôt une "ville propre et agréable" ?

Abonnés Urbanisme - Aménagement, Pamiers, Ariège Publié le 26/10/2021 à 05:09

l'essentiel La mairie vient de lancer une campagne d'information baptisée "Je garde mon quartier propre". Une concertation avec les agents de la brigade propreté et ceux du Smectom est également en cours.

C'est l'un des sujets dont parlent le plus les Appaméens : la propreté du centre-ville. Ou plus exactement, l'inverse. Dans le cadre de la lutte contre les incivilités qui pourrissent la vie de beaucoup d'habitants, la mairie vient de lancer une campagne d'information et de prévention. En appui des flyers sur les consignes de tri distribués par le syndicat mixte de collecte et de traitement des ordures ménagères (Smectom), six affiches de 2 m2 ont été apposées dans les panneaux à sucette de la ville. Baptisée "Je garde mon quartier propre", l'opération vise à rappeler les règles élémentaires des service de collecte* dans le Pamiers intracanaux.

Une évolution des outils de travail des agents et des points de collecte

Ces prochains jours, pas moins de vingt cendriers seront installés sur la voie publique. Histoire d'éviter les amoncellements réguliers sur les bouches d'égout, comme devant le bureau de tabac, notamment. "Mais on a constaté que les fumeurs n'avaient pas non plus les moyens de jeter correctement leurs mégots", souligne Cécile Pouchelon, adjointe au maire au développement durable. En filigrane, se profile un véritable cercle vertueux puisque c'est une entreprise spécialisée dans le recyclage qui sera chargée de les vider. In fine, les cigarettes seront transformées en mobilier urbain.

Par ailleurs, deux points de collecte pour les cartons des particuliers vont également voir le jour. Ces nouveautés sur le front de la propreté font suite à une vaste concertation lancée par la mairie, en partenariat avec le Smectom, pour sortir d'un marasme qui dure depuis plusieurs années.

"On a vraiment envie d'avoir une ville propre et agréable où les gens peuvent déambuler en regardant les boutiques et non plus les yeux rivés vers le sol par crainte de marcher dans une crotte de chien. Cela va de pair avec des dossiers transversaux comme la ‘redynamisation' du centre-ville, l'offre culturelle ou la circulation, notamment. Cela ne sert à rien de mener des projets à 10 millions si on ne retient que la saleté à Pamiers", analyse Cécile Pouchelon qui n'est pas une adepte de la langue de bois. Le problème est identifié et avec ses services, l'élue met tout en œuvre pour le résoudre. "Nous travaillons en totale transparence. Nous avons de supers agents, des hommes de l'ombre dont l'action peut être annihilée une seconde après leur départ. Nous constatons d'ailleurs que leurs outils de travail ne sont plus adaptés. On ne peut pas ramasser des mégots à la pince en 2021 !"

Toujours mue par une "positive attitude" assez communicative, Cécile Pouchelon n'hésite pas à aller à la rencontre des habitants, comme ceux du chemin Isabelle-Sandy. Leurs doléances deviennent alors de vraies mannes d'informations "pour faire évoluer les process". "Les avaloirs des containers enterrés sont trop petits et donc, régulièrement bouchés. Il faut le corriger."

Comme souvent, une réunion avec le Smectom est organisée cette semaine en présence du très "investi" Alain Rochet qui en est le vice-président. Le syndicat mixte est en effet lié à la mairie par une délégation de service public. Alors de là à faire sécession ? A priori, on n'en est pas là. Même si la question est "naturelle lorsque le service n'est pas rendu ou est inadapté".

72 procédures transmises au parquet depuis août

Reste encore le volet de la répression. Depuis la nomination de l'assistant juridique, la mairie transmet régulièrement des procès-verbaux au parquet. Mais dans la rue du Four-Viguier - minée chaque jour par de très gros chiens appartenant manifestement à des habitants du coin alors que le distributeur de sacs à déjections rue de l'Imprimerie est toujours approvisionné - les riverains assurent ne jamais voir la police municipale. "Il faudrait en verbaliser un ou deux pour l'exemple", estime une dame qui passe son temps à nettoyer les lieux pour pouvoir rentrer chez elle sans souiller le sol. Du coup, elle a accroché un panneau sur son portillon. "Ça fait dix ans que j'habite ici et c'est de pire en pire", dit-elle. "M. Canitrot [directeur de la sécurité] et la police municipale sont très mobilisés sur ce sujet. Ils font beaucoup de médiation et n'hésitent pas à rédiger des PV." La preuve : depuis le mois d'août, 72 procédures ont été transmises au procureur. "Il ne faut rien lâcher, on va y arriver, rassure Cécile Pouchelon. Il y aura des résultats dès 2022, j'y crois." Cet article est réservé aux abonnés Abonnez-vous pour en profiter à partir de 1€/mois, sans engagement Je m'abonne pour lire la suite Déjà abonné(e) ? Connectez-vous Cet article est réservé aux abonnés Abonnez-vous avec votre compte Google et profitez de -50% sur votre abonnement 4,95€/mois Les 12 permiers mois au lieu de 9,90€ / mois Déjà abonné(e) ? Connectez-vous Géraldine Jammet Voir les commentaires L'immobilier à Pamiers

231200 euros

PAMIERS Bord du canal : Proche parking Vous recherchez un investissement de[...]

380 euros

PAMIERS - Appartement de type 1bis au rez de chaussée avec sa cours privée,[...]

350 euros

Local commercial idéal pour un cabinet d' IDE, il se compose d'une pièce pr[...]

Toutes les annonces immobilières de Pamiers Achat de maison Achat d'appartement Location maison Location appartement Envie de donner votre avis ? (9 commentaires)

Ouvrir la page originale sur le site