Les enjeux du second tour dans le Gers: ces cantons où tout est possible

Abonnés Elections départementales, Gers Publié le 22/06/2021 à 05:13 , mis à jour à 11:46

l'essentiel Quand la gauche rêve de reprendre L'Isle-Jourdain, l'Adour gersoise et le Fezensac, la droite se dit que rien n'est joué dans le canton Baïse Armagnac, détenu par Philippe Martin. Poker menteur ou guerre des nerfs?

Celles et ceux qui espéraient "le grand soir", éclatant de surprises comme le ciel de juin d'éclairs, en ont été pour leurs frais dimanche. Le premier tour des élections départementales a fait des heureux, des inquiets et des déçus : c'est le jeu démocratique, même avec 44,7 % de participation, un score que bien des départements de l'hexagone envient au Gers.

Dans le camp des heureux, on trouve les cinq binômes de "Gers en commun" réélus dans un fauteuil en Astarac Gimone, Gimone Arrats, Mirande Astarac, Pardiac Rivière Basse et Val de Save et, pour "Le Gers autrement", la bannière de la droite, les candidats de Lectoure Lomagne et du Grand Bas-Armagnac reconduits aussi dès le 1er tour. La parole aux chefs.

Philippe Martin note qu'il s'en est fallu d'une poignée de voix pour que Bernard Gendre et Charlette Boué (crédités de 54,25 %) ajoutent un 6e canton, celui de Fleurance, dans l'escarcelle de la majorité départementale.

Isabelle Tintané, à droite, est "ravie" de son large succès dans le Grand Bas-Armagnac, partagé bien sûr avec Vincent Gouanelle. Elle attend dimanche pour féliciter Michel Gabas et Patricia Esperon en Armagnac Ténarèze et le binôme Castets-Sarniguet en Adour gersoise. La maire de Cazaubon cite "trois cantons à suspense" : Baïse Armagnac, L'Isle-Jourdain et Fezensac, espérant bien sûr pousser le président Martin dans ses derniers retranchements dans le premier nommé.

Philippe Martin n'a évidemment pas la même lecture des résultats du 1er tour. "Dans mon canton, avec Elodie Lanave, je suis en tête dans 13 communes sur 15, dont Condom. Je suis au-delà de 50 % dans la plupart des communes." Serein, le président sortant du CD 32 dans cet entre-deux-tours : "Je vais continuer avec mes amis à faire ce que j'ai fait : ne pas parler de mes adversaires et aller à la rencontre des gens."

Un ou deux cantons à grappiller ?

La gauche est en mesure de conserver les 11 cantons qu'elle détient depuis 2015, avec des ballottages favorables voire très favorables dans les trois cantons d'Auch, en Gascogne auscitaine, à Fleurance (lire aussi en page 26) et, donc, dans le canton présidentiel. Peut-elle en grappiller un ou deux de plus ? C'est le secret espoir de Philippe Martin. "Il y a un tas de situations incertaines. À L'Isle-Jourdain, un bon rassemblement entre socialistes et écologistes peut donner un résultat. Dans le Fezensac, les cartes sont rebattues. Et en Adour gersoise, on oublie que le total des voix de gauche frôle les 50 %."

Si Philippe Martin était dès dimanche soir à Termes-d'Armagnac pour remonter le moral de Thibaut Renaudin et Marie-Pierre Desbons, pour l'heure dans le camp des déçus, c'est pour les persuader qu'il y a "une seconde mi-temps, alors il faut la jouer".

Habile politicien, l'ancien ministre lance même un appel aux électeurs d'Adour gersoise qui ont voté pour Carole Delga… et n'ont pas choisi le binôme de "Gers en commun" au 1er tour. "Je leur demande de faire preuve de cohérence et de se demander s'ils veulent envoyer à l'assemblée départementale des élus pour un mandat de témoignage et d'opposition ou au contraire des représentants qui seront dans l'action et dans la majorité".

Philippe Martin espère donc que la dynamique qui a porté Carole Delga et ses colistiers au-delà des 44 % dans le Gers (son 4e meilleur score en Occitanie) bénéficiera aux binômes de gauche en ballottage défavorable.

Isabelle Tintané veut "réveiller d'autres électeurs de droite"

La droite aussi rêve de grappiller… Baïse Armagnac dans ses rêves les plus fous. Et Isabelle Tintané ne se refuse même pas l'audace d'envisager la victoire à Auch 2, en Gascogne auscitaine et même à Fleurance "en aller chercher les abstentionnistes et en réveillant d'autres électeurs de droite".

Du côté de "Gers avenir", on est loin de ce combat de chefs. Bertrand Gonthiez, le référent de LREM, lui-même en lice sur Auch 3, se dit satisfait d'avoir qualifié deux binômes, sur les trois soutenus par la majorité présidentielle dans le Gers. "Il ne faut pas oublier que nous n'avions aucun conseiller sortant. Ce scrutin est une étape pour nous. Je suis très fier des candidats de Gers avenir. Ces quatre prochains jours de campagne seront très dynamiques."

Les chiffres de l'abstention

Moins d'un électeur gersois sur deux s'est déplacé dimanche.

Où a-t-on le moins voté ? Sans surprise, dans les deux plus grandes villes, Auch et L'Isle-Jourdain où le taux d'abstention est quasiment identique (65,70 % dans la ville préfecture et 65,71 % dans la cité du Savès).

Où a-t-on le plus voté ? Quatre cantons peuvent se satisfaire d'avoir dépassé les 50 % de participation : Lectoure Lomagne (51,73 %), Pardiac Rivière NBAsse (51,68 %), Feze, sac (51,46 %) et Adour gersoise (50,40 %).

La palme du civisme. Les communes qui ont le plus voté sont Roquebrune (79,55 %) et Bourrouillan (78,40 %). Les maires de ces deux villages, Benoît Desenlis et Vincent Gouanelle étaient candidats, ceci expliquant cela. Ces deux exemples illustrent une tendance nationale forte de ce scrutin : c'est l'électorat de droite qui s'est le plus mobilisé.

Cet article est réservé aux abonnés Abonnez-vous pour en profiter à partir de 1€/mois, sans engagement Je m'abonne pour lire la suite Déjà abonné(e) ? Je me connecte Pierre-Jean Pyrda Voir les commentaires Envie de donner votre avis ? (7 commentaires)

J'ai déjà un compte

Je me connecte

Je n'ai pas de compte

Je m'inscris gratuitement Une erreur est survenue.

Vous souhaitez suivre ce fil de discussion ?

Suivre ce fil Réagir Lire la charte de modération

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d'un(e) internaute à votre commentaire ?

Oui, je veux suivre les réponses Non, ça ne m'intéresse pas Les commentaires (7) gersoisenforce Il y a 1 mois Le 23/06/2021 à 07:16

Ahaha le Fezensac peut basculer car les candidats de droite sont aussi prétentieux que peu intelligents. Ailleurs, ça ne bougera pas et certainement pas dans le canton de Martin !

Répondre Signaler un abus ral'bol Il y a 1 mois Le 22/06/2021 à 10:37

à la région Delga ne veut ni des écolos ni de LFI , mais Martin veut bien une alliance PS-Verts !!!!et après on s'étonne du record d'abstention ?

pneusfous Il y a 1 mois Le 22/06/2021 à 18:53

En vérité, le PS 32 (Mickaël Aurora) a refusé toute discussion avec PCF et EELV pour les sièges aux Départementales. Mais leurs listes s'appellent "Le Gers EN COMMUN"....

LePicVert32 Il y a 1 mois Le 23/06/2021 à 15:21

En fait ils ont juste besoin de supplétifs... Jamais Aurora ne laissera la moindre part à EELV ! J'ai eu l'occasion de le croiser lors d'une négociation au tout début des années 2000 (eh oui, malgré son jeune âge il était déjà la "parole qui compte" au PS et à la mairie d'Auch), je sais à quoi m'en tenir. Dommage ce n'est pas mon canton !

Répondre Signaler un abus electionpiegeac Il y a 1 mois Le 22/06/2021 à 09:15

Article certainement passionnant mais personne n'y comprend rien dans ces manipulations électoralistes. Pas étonnant que personne n'aille voter (à part quelques anciens bien accrochés au socialisme) et que 80 % des jeunes en soient dégoûtés.

Répondre Signaler un abus

Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Ouvrir la page originale sur le site