Gers : pourquoi les jeunes ont boudé le scrutin

Abonnés Elections départementales, Elections régionales, Gers Publié le 22/06/2021 à 05:13 , mis à jour à 11:44

Le premier tour des élections départementales et régionales s'est tenu ce dimanche 20 juin. Avec un taux d'abstention record autour des 65 % au niveau national, les grands absents du vote restent les jeunes. Une enquête IPSOS pour France télévision révèle que 87 % des 18-24 ans inscrits ne se sont pas déplacés dans les urnes. Pourtant concernés de près par les compétences de la région (transports, enseignement supérieur, formation professionnelle, alternance ou encore environnement), certains d'entre eux n'étaient même pas au courant de la tenue de ces élections.

Pour Aurore, étudiante de 21 ans, qui n'a pas reçu les professions de foi des candidats, les jeunes n'étaient pas assez informés des enjeux de cette élection. Pour le second tour de dimanche 27 juin, la jeune femme ira voter seulement si elle est plus informée que maintenant. Damien, 18 ans, assure qu'il ne connaît pas grand-chose à la politique en général et qu'il n'était pas très intéressé par ce scrutin. Par contre, il affirme vouloir voter absolument à la présidentielle de 2022., vote qu'il juge bien plus important.

Certains jeunes confieront avoir d'autres priorités et ne se sont pas rendus aux urnes à cause d'un manque de temps. Alisson, 23 ans, n'était, elle, pas au courant que des élections régionales et départementales se tenaient. Une étudiante de 18 ans nous confiera avoir simplement oublié d'aller voter. D'autres jeunes, Laura et Joy, 18 ans, ont fait le choix de s'abstenir car ils étaient en plein dans les révisions de leur grand oral du baccalauréat qui se tenait en ce début de semaine.

Pour d'autres étudiants, le souci était la distance entre leur lieu de résidence pour les études et leur foyer familial où ils sont inscrits pour voter. La plupart d'entre eux n'avaient pas envie de se lancer dans des procédures administratives pour faire procuration. Les raisons de l'abstention sont donc multiples pour cette jeunesse, qui se sent parfois oubliée par les politiques français. A voir s'ils se déplaceront pour la présidentielle.

Cet article est réservé aux abonnés Abonnez-vous pour en profiter à partir de 1€/mois, sans engagement Je m'abonne pour lire la suite Déjà abonné(e) ? Je me connecte A. C-P Voir les commentaires Envie de donner votre avis ? (3 commentaires)

J'ai déjà un compte

Je me connecte

Je n'ai pas de compte

Je m'inscris gratuitement Une erreur est survenue.

Vous souhaitez suivre ce fil de discussion ?

Suivre ce fil Réagir Lire la charte de modération

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d'un(e) internaute à votre commentaire ?

Oui, je veux suivre les réponses Non, ça ne m'intéresse pas Les commentaires (3) electionpiegeac Il y a 1 mois Le 22/06/2021 à 11:25

Surtout dans le Gers, que ce soit aux municipales, aux régionales aux départementales, aux sénatoriales, tout est question de réseaux, d'influences, de copinages, de calculs, d'attribution de postes,. Les promesses et les programmes passent vraiment en dernière position. Alors, je dirai au contraire que les jeunes sont très intelligents et ont compris ces manipulations et ne veulent pas participer à cette "mascarade " . Les anciens qui sont très très nombreux dans cette ville et ce département vivent encore dans l'ancien monde.

LePicVert32 Il y a 1 mois Le 22/06/2021 à 13:08

Faut-il en rire ou bien en pleurer ?

Répondre Signaler un abus LePicVert32 Il y a 1 mois Le 22/06/2021 à 08:58

J'ai juste honte pour eux ! On peut savoir ce qu'ils étudient ces "étudiants" qui ne connaissent rien de l'organisation de la société et qui sont donc totalement incapables de se projeter au delà de la vision et des sensations de leur nombril... Vraiment désolant ! Vos grands parents et arrière grands parents qui ont lutté et parfois donné leur vie, leur jeunesse (ils avaient le temps eux ?) pour que vous soyez libres aujourd'hui doivent se retourner dans leurs tombes !!!

Répondre Signaler un abus

Signaler un abus

Ouvrir la page originale sur le site