GOLF. Victor Perez à la poursuite de son "momentum"

Golf, Tarbes, Hautes-Pyrénées Publié le 21/06/2021 à 11:14 , mis à jour à 12:07

Troisième tournoi majeur de la saison, l'US Open se dispute cette semaine sur le parcours mythique de Torrey Pines, à San Diego, au bord du Pacifique, à flanc de falaises, et propose aux 156 joueurs qualifiés un sacré challenge avec des roughs très épais et des greens fermes, comme toujours lors des US Open, où l'on n'aime pas que les joueurs "s'amusent" sur le parcours... Victor Perez, qui découvre cette place forte californienne, se dit fin prêt: il aime cet endroit, son jeu est en place, il a de très bonnes sensations. Et son entame jeudi lui donne raison, avec 10 pars pour autant de trous joués. Il est alors totalement dans le coup. Mais encore une fois, comme trop souvent actuellement, le premier grain de sable lui est fatal: une sortie de bunker un peu longue et 3 putts en suivant, le voilà à +2. Et 2 bogeys plus loin, avec toujours aucun putt qui rentre pour birdie, il signe un +4 très lourd, alors qu'il est au top du champ des joueurs au nombre de fairways touchés... Frustré mais pas abattu pour autant, comme il le confie au micro de Thomas Levet (Golf+): "C'est décevant car j'ai vraiment eu l'impression de bien jouer. Mais le scoring, en ce moment... Dès que je fais une erreur, je paie le prix fort, à chaque fois. C'est la tendance du moment, il faut rester patient...".

"Les choses vont changer"

Malheureusement, le lendemain, bis repetita. Le cut est prévu à +4, c'est donc encore jouable. Alors Victor se bat, et à chaque bogey, il répond par un superbe birdie. Et à 3 trous de la fin, il pointe à un seul coup du cut. Mais une balle presque injouable dans un bunker va définitivement enterrer ses derniers espoirs. +4 encore, une 104e place finale, c'est forcément une grosse déception pour le Tarbais que nous avons contacté à son retour chez lui, en Ecosse.

- "Victor, rien ne te sourit actuellement. Fataliste ou tu penses que le vent va enfin tourner ?"

- "Oui, c'est décevant parce que je joue bien à l'entraînement mais j'ai des difficultés à scorer en compétition. C'est comme ça, pour le moment. Mais les choses vont changer!"

- "Que s'est-il passé sur ce dernier trou qui te condamne, vendredi?"

- "J'ai raté le green à droite dans un bunker où ma balle était pluggée (NDLR: bien enfoncée dans son impact). J'avais un coup super difficile et je n'ai pas pu arrêter la balle sur le green et je suis passé de l'autre côté..."

- "Et maintenant, quel est ton programme?"

- "Je ne sais pas encore mon planning. Là, je suis rentré en Ecosse et je compte me reposer un petit peu avant de faire mon calendrier pour l'été"

On ne le verra donc pas cette semaine à Munich. Et s'il ne repart pas au combat le 1er juillet en Irlande, nul doute qu'il sera d'attaque le 8 juillet en Ecosse, à la maison, une semaine avant le dernier majeur de la saison, le British Open. La saison est loin d'être terminée et Victor Perez est notamment toujours en course pour se qualifier dans l'équipe européenne de la Ryder Cup, ne l'oublions pas. Attendons le bon momentum!

Tous rament derrière Jon...

Paul Barjon n'ayant pas passé le cut lui non plus (+9), il n'y a plus de Français en lice pour la victoire finale. En tête après 2 tours, à -5, c'est l'étonnant Richard Bland, qui vient juste de remporter son 1er tournoi sur l'Européen Tour, à 48 ans. Mais son week-end est trop long, beaucoup trop long, avec à la clé un terrible -13 qui le relègue aux fins fonds du classement. Décidément, cet US Open est diabolique, ils ne sont d'ailleurs que 13 à être sous le par, le matin du dernier jour. Et sur ce parcours vraiment taillé pour les patrons, ils sont presque tous là au rendez-vous, derrière un trio de tête à -5 (Oosthuisen, Hugues et Henley). Mais à tour de rôle, tous vont craquer: les Koepka, Johnson, Thomas, Morikawa, Mac Ilroy et même le tenant du titre Dechambeau, auteur d'un +8 sur ses 8 derniers trous! Tous explosent, sauf un duo de choc. Et c'est l'Espagnol Jon Rahm qui s'impose pour la première fois de sa carrière sur un majeur (-6), grâce notamment à deux superbes ficelles au 17 et au 18 pour 2 birdies décisifs, devant le roi Louis Oosthuizen (-5), l'éternel dauphin d'un tournoi majeur (6e fois), depuis sa victoire au British Open en 2010.

Philippe Dourthe Voir les commentaires L'immobilier à Tarbes

350 euros

TARBES, proche du centre-ville et de ses nombreux commerces, Venez visiter[...]

372.1 euros

A LOUER LAFORET TARBES: Proche jardin Massey, dans résidence sécurisée de q[...]

300 euros

En exclusivité, au rdc d'une résidence de 7 logements , studio meublé proch[...]

Toutes les annonces immobilières de Tarbes Achat de maison Achat d'appartement Location maison Location appartement Envie de donner votre avis ?

J'ai déjà un compte

Je me connecte

Je n'ai pas de compte

Je m'inscris gratuitement Réagir Lire la charte de modération

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d'un(e) internaute à votre commentaire ?

Oui, je veux suivre les réponses Non, ça ne m'intéresse pas

Ouvrir la page originale sur le site