Justice

Denis Baupin perd son procès en diffamation contre France Inter, Mediapart et les femmes l'accusant de violences sexuelles

Denis Baupin.

Photo: Jean-Sébastien Evrard/AFP

L'ancien vice-président de l'Assemblée nationale est condamné à verser des dommages et intérêts pour procédure abusive. Une décision historique pour la libération de la parole des victimes de violences sexuelles.

Son attaque en diffamation se sera retournée contre lui. La 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris vient de rejeter la plainte de Denis Baupin, ce vendredi 19 avril. L'ancien vice-président de l'Assemblée nationale française attaquait France Inter et Mediapart pour des enquêtes parues en mai 2016. Six femmes y étaient citées, qui témoignaient de “SMS salaces”, et d'agressions sexuelles.Le tribunal a considéré que si les propos concernés “présentaient un caractère diffamatoire”, leur dénonciation relevait de l'”intérêt général”, et a donc débouté M. Baupin.

Les six victimes s'étaient retrouvées sur le banc des prévenus lors du procès en février dernier, à côté des deux journalistes auteurs des articles. Pendant les audiences éprouvantes – ou Denis Baupin ne s'est jamais présenté – ces femmes avaient dû, à la barre, raconter les violences sexuelles. Ces dernières avaient été classées sans suite en 2017 car prescrites. A l'époque, le parquet de Paris avait toutefois précisé qu'elles étaient “susceptibles d'être qualifié(e)s pénalement ”.

En février, la procureure Florence Gilbert avait requis la relaxe, soulignant que ”la seule qualité de ce procès" avait été de “mettre en exergue une impérieuse lutte contre le silence autour des violences sexuelles”. Finalement, cette affaire aura eu une autre vertu. Car aujourd'hui, le tribunal n'a pas seulement relaxé les prévenu.es. Il a aussi considéré que la procédure de Denis Baupin était “abusive”, et prononcé des dommages et intérêts. L'homme politique, qui réclamait 50 000 euros, devra verser 500 euros à chacun.e des prévenu.es. Une décision qui devrait faire date dans le mouvement actuel de libération de la parole sur les violences sexuelles, si elle est confirmée. L'avocat de Denis Baupin Me Emmanuel Pierrat pourrait en effet faire appel de la condamnation pour procédure abusive.

Ouvrir la page originale sur le site